• Athlétisme : Hugues Fabrice Zango remporte sa première médaille d’or de l’année 2023
  • Côte d’Ivoire: « l’activité économique a progressé de 7,4% en 2022 ’’ ( UEMOA)
  • Tenue de la 16ème édition du SIAO : L’expression de la résilience du Burkina Faso
  • Lutte contre le terrorisme au Centre-Nord :Le gouverneur rappelle des mesures en vigueur
  • L’Afrique entame la nouvelle année avec un faible nombre de cas de COVID-19 (OMS)
  • Développement du transport aérien au Burkina Faso : Le Premier ministre échange avec le directeur général de l’ASECNA
  • Burkina Faso: Un taux de recouvrement de recettes d’impôts à 109,99% en 2022
  • Vatican : Le pape François fustige le colonialisme de la communauté internationale envers l’Afrique
  • Lutte contre le terrorisme : le Chef de l’Etat reçoit un messager de son homologue tchadien
  • Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 25 janvier 2023
  • Transport aérien : le Chef de l’Etat échange avec l’ASECNA sur la question de l’aéroport de Bobo-Dioulasso
  • Barreau burkinabè : l’Ordre des avocats apporte son soutien au Chef de l’Etat
  • Accusé de déstabilisation : le président de l’UPC, Zéphirin Diabré, porte plainte contre Ibrahima Maïga pour diffamation
  • Burkina: La 8è édition du salon des Banques et PME de l’UEMOA prévue en février
  • OUAGADOUGOU: saisie de bouteilles de gaz butane chez des revendeurs non conformes à la règlementation en janvier 2023
  • Artisanat : le président de la Transition, Ibrahim Traoré, a procédé à l’ouverture solennelle du SIAO 2023
  • Burkina Faso: la France annonce le retrait de ses troupes dans un délai d’un mois
  • Avec « Braquage de pouvoir », Tiken Jah Fakoly ranime la flamme du rebelle
  • Intégration entre le Burkina Faso et le Mali: Environ 900 km à vélo pour soutenir les transitions malienne et burkinabè
  • Fronde de sans-papiers sur les chantiers des JO de Paris 2024
  • Les forces spéciales françaises doivent quitter le Burkina Faso

    By in Actualités share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Les 400 hommes des forces spéciales françaises présents dans le nord de la capitale burkinabè depuis 2010 représentent la plus vieille opération française ayant dans ses attributions la lutte contre le terrorisme au Sahel.

    La force française Sabre intervenait quelques fois dans les pays voisins du Burkina Faso © Frederic Petry/Hans Lucas/picture alliance

    Cependant, arrivé deux ans avant l’opération Serval au Mali, Sabre n’est pas souvent visible sur le champ de la lutte contre le terrorisme.

    La présence de cette mission n’est formalisée qu’en 2018 sous le mandat de Roch Marc Christian Kaboré. Elle avait été en effet mise en place sans statut officiel sous la présidence de Blaise Compaoré.

    Quel rôle jouait l’opération Sabre?
    L’action des forces spéciales est par définition peu visible mais les militaires de la force Sabre sont intervenus lors des attaques terroristes de janvier 2016, à Ouagadougou.

    « Il est évident qu’en janvier 2016, lorsque l’hôtel Splendide, le restaurant et le capuccino ont été attaqués, il y a eu une collaboration entre Sabre et les autorités burkinabè pour libérer les otages, neutraliser les terroristes. Mais, au-delà de cela, les Burkinabè estiment qu’ils n’ont pas vu de valeur ajoutée« , rappelle Seidik Abba, journaliste et spécialiste du Sahel.

    L’armée française ne s’est toujours pas exprimée mais il n’y a pas longtemps, Sébastien Lecornu, le ministre français des Armées, disait dans une interview qu' »il n’est plus question de lutter contre le terrorisme à la place de nos partenaires mais de le faire avec eux, à leurs côtés« .

    Mission d’une force spéciale
    Sabre est souvent intervenu aux côtés d’autres missions françaises en dehors du Burkina Faso, notamment avec la force Barkhane , pour éliminer les chefs djihadistes.

    En 2012, les soldats de Sabre ont aussi été envoyés à Niamey quand des ressortissants français venaient d’être enlevés dans un restaurant. En mai 2013, les mêmes hommes sont venus appuyer l’armée nigérienne quand la mine d’Areva a été visée par une attaque djihadiste.

    Mais pour Antoine Glaser, journaliste et spécialiste de la région sahélienne, si les Burkinabè n’ont pas apprécié l’action des troupes françaises dans la lutte antiterroriste , d’autres facteurs relevant de la propagande politique sont entrés en jeu pour inciter les autorités burkinabè à renvoyer cette mission.

    « Sans doute, sur cette base souverainiste, nationaliste, les jeunes demandent le départ des soldats français et comme ils (les militaires au pouvoir, ndlr) n’ont pas vraiment de succès contre les djihadistes, ils renforcent d’une façon leur soutien populaire en disant : il faut que la France quitte le Burkina Faso« : .

    Avec le départ annoncé des soldats français, le Burkina Faso pourrait chercher à renforcer sa coopération militaire avec la Russie. Son premier ministre était ainsi récemment en visite officielle à Moscou.

    Auteur: Etienne Gatanazi

    Tags:
    Recommended posts