• Athlétisme : Hugues Fabrice Zango remporte sa première médaille d’or de l’année 2023
  • Côte d’Ivoire: « l’activité économique a progressé de 7,4% en 2022 ’’ ( UEMOA)
  • Tenue de la 16ème édition du SIAO : L’expression de la résilience du Burkina Faso
  • Lutte contre le terrorisme au Centre-Nord :Le gouverneur rappelle des mesures en vigueur
  • L’Afrique entame la nouvelle année avec un faible nombre de cas de COVID-19 (OMS)
  • Développement du transport aérien au Burkina Faso : Le Premier ministre échange avec le directeur général de l’ASECNA
  • Burkina Faso: Un taux de recouvrement de recettes d’impôts à 109,99% en 2022
  • Vatican : Le pape François fustige le colonialisme de la communauté internationale envers l’Afrique
  • Lutte contre le terrorisme : le Chef de l’Etat reçoit un messager de son homologue tchadien
  • Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 25 janvier 2023
  • Transport aérien : le Chef de l’Etat échange avec l’ASECNA sur la question de l’aéroport de Bobo-Dioulasso
  • Barreau burkinabè : l’Ordre des avocats apporte son soutien au Chef de l’Etat
  • Accusé de déstabilisation : le président de l’UPC, Zéphirin Diabré, porte plainte contre Ibrahima Maïga pour diffamation
  • Burkina: La 8è édition du salon des Banques et PME de l’UEMOA prévue en février
  • OUAGADOUGOU: saisie de bouteilles de gaz butane chez des revendeurs non conformes à la règlementation en janvier 2023
  • Artisanat : le président de la Transition, Ibrahim Traoré, a procédé à l’ouverture solennelle du SIAO 2023
  • Burkina Faso: la France annonce le retrait de ses troupes dans un délai d’un mois
  • Avec « Braquage de pouvoir », Tiken Jah Fakoly ranime la flamme du rebelle
  • Intégration entre le Burkina Faso et le Mali: Environ 900 km à vélo pour soutenir les transitions malienne et burkinabè
  • Fronde de sans-papiers sur les chantiers des JO de Paris 2024
  • DeSantis défend l’interdiction d’un cours sur l’histoire afro-américaine

    By in International share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Le gouverneur de Floride Ron DeSantis, pressenti pour être candidat à la présidentielle de 2024, a défendu lundi son interdiction d’enseigner un cours sur l’histoire afro-américaine dans son Etat, une décision très critiquée par les associations de droits civiques.

    Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, lors de la réunion annuelle des dirigeants de la Coalition juive républicaine, le 19 novembre 2022, à Las Vegas © John Locher/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.

    Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, pressenti pour être candidat à la présidentielle de 2024, a défendu lundi son interdiction d’enseigner un cours sur l’histoire afro-américaine dans son État, une décision très critiquée par les associations de droits civiques.

    « Nous voulons de l’éducation, pas de l’endoctrinement« , a déclaré le républicain, connu pour être l’une des voix les plus retentissantes sur les « guerres culturelles » qui divisent les Etats-Unis, lors d’une conférence de presse.

    L’enseignement de certains pans de l’histoire afro-américaine est obligatoire en Floride. Mais l’Etat a interdit ce mois-ci un cours destiné à des lycéens qui abordait cette thématique plus en profondeur.

    Droite dure
    Les auteurs de ce programme « essayent d’imposer une idéologie à nos enfants« , a accusé le gouverneur de 44 ans, étoile montante de la droite dure américaine. L’interdiction de ce cours a été dénoncée d’une voix par les milieux associatifs et l’opposition démocrate.

    « Les attaques menées par le gouverneur DeSantis contre la liberté d’expression constituent une menace grave pour notre démocratie« , a alerté la puissante association de droits civiques ACLU.

    Bataille culturelle
    En déplacement en Floride dimanche, la vice-présidente Kamala Harris a elle taclé les ambitions présidentielles de Ron DeSantis, assurant que « quiconque interdit l’enseignement de l’histoire américaine n’a aucun droit de façonner l’avenir de l’Amérique.« 

    Le gouverneur s’était déjà engagé sur les sujets d’éducation l’an dernier, signant une loi interdisant d’enseigner des sujets en lien avec l’orientation sexuelle ou l’identité de genre à l’école primaire.

    Tags:
    Recommended posts