Pêche en Mauritanie : Le Maroc ne souhaite pas laisser le terrain libre à l’Algérie

By in Afrique share share share share share share share share share share share share share share share share share share

Une semaine après la signature d’un accord de partenariat entre l’Algérie et la Mauritanie dans le domaine de la pêche, le Maroc et son voisin du sud tiennent une session de la commission mixte chargée des ressources halieutiques.

Nouakchott accueille, les 29 et 30 septembre, une session de la commission mixte maroco-mauritanienne chargée du développement de la pêche. La rencontre a commencé, jeudi au palais des congrès de la capitale, au niveau des experts des deux pays. Ce vendredi, le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohammed Sadiki copréside avec son homologue mauritanien, Mohamed Abidine Mayif, les travaux de ce cadre de coopération.

Cette session se tient presque sept mois après la signature, le 11 mars à Rabat à l’occasion de la la Haute commission mixte maroco-mauritanienne présidée par les deux chefs de gouvernements, Mohamed Ould Bilal Messoud et Aziz Akhannouch, d’une convention dans le domaine de la pêche maritime et l’aquaculture. «Elle vise à instaurer les bases et dispositions régissant la coopération entre les deux parties dans ce domaine, ainsi que la formation maritime, la recherche scientifique, l’industrie de valorisation, de transformation et de commercialisation des produits de pêche et la lutte contre la pêche illégale sans autorisation ni organisation», indiquait alors le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué.

Après l’Algérie, le Maroc offre son expertise dans le secteur de la pêche

La tenue de cette commission mixte chargée de la pêche intervient juste une semaine après la visite effectuée par le ministre mauritanien de la Pêche à Alger, marquée par la conclusion, le 22 septembre, d’un protocole d’accord portant essentiellement sur l’octroi de quotas de pêche offerts aux chalutiers algériens dans les eaux territoriales mauritaniennes. Alger et Nouakchott ont ainsi mis sur les rails un accord, conclu en 1983, offrant onze licences de pêche dans les eaux mauritaniennes en échange de cinq bateaux destinés alors à renforcer la pêche artisanale à Nouakchott.

Quatre décennies après la signature de cet accord, d’une durée de 99 ans, ce sujet était au menu de la première session du comité bilatéral frontalier algéro-mauritanien, tenue le 8 novembre 2021 dans la capitale algérienne, sous la présidence des ministres de l’Intérieur des deux pays. Au terme de la réunion, les deux parties avaient convenu de «l’activation de l’accord dans le domaine de la pêche maritime relatif à l’exploitation des licences accordées pour pêcher dans les eaux territoriales mauritaniennes». Pour rappel, la Mauritanie avait accordé, en 2015, cinq licences de pêche à l’Algérie mais qui n’ont jamais été exploitées, a rappelé le 22 septembre le ministre algérien de tutelle, Sofiane Salaouatchi.          

Casablanca a accueilli, le 20 septembre, la seconde édition du Forum économique Maroc-Mauritanie. A cette occasion, le président de l’Union nationale du patronat mauritanien (UNPM), Mohamed Zein El Abidine Cheikh Ahmed, a annoncé que les deux pays voisins ambitionnent d’investir dans la création de plus d’unités de transformation et de fabrication de produits de la pêche à forte valeur ajoutée.

Mohammed Jaabouk

Tags:
Recommended posts