Fahad Aldosari, ambassadeur d’Arabie saoudite au Burkina : « Nous allons continuer à soutenir le Burkina »

By in Politique share share share share share share share share share share share share share share share share share share
Fahad Aldosari, ambassadeur d’Arabie saoudite au Burkina

L’ambassadeur du royaume d’Arabie saoudite au Burkina Faso, Fahad Aldosari, a rendu des visites de courtoisie au ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Pr Séni Ouédraogo et son homologue des Infrastructures et du Désenclavement, Eric Bougouma, le vendredi 10 septembre 2021, à Ouagadougou.

Le nouvel ambassadeur du royaume d’Arabie saoudite au Burkina Faso, Fahad Aldosari, poursuit ses prises de contact avec les autorités gouvernementales. Il s’est entretenu avec le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Pr Séni Ouédraogo, dans la matinée du vendredi 10 septembre 2021, à Ouagadougou. Après une heure d’échanges, le diplomate saoudien a indiqué qu’il est important pour lui de rencontrer les ministres pour s’imprégner des priorités gouvernementales.

« Pour travailler efficacement au renforcement de la coopération bilatérale, il faut connaître les réalités de chaque département. Ces différents échanges nous permettront de mieux coordonner les initiatives dans les divers domaines de coopération », a déclaré Fahad Aldosari, au sortir de l’entretien. Le ministre en charge de la fonction publique, Pr Séni Ouédraogo, a indiqué que c’est un « honneur » que l’ambassadeur a fait à son département en venant à sa rencontre.

Sa démarche, a-t-il confié, participe à renforcer la collaboration pour raffermir les relations bilatérales entre l’Arabie saoudite et le Burkina. « Nous avons eu une très belle séance de travail autour des problématiques qui intéressent notre pays. Nous nous sommes engagés à développer des initiatives et faire en sorte que la coopération entre les deux pays se porte mieux et s’approfondisse », a laissé entendre Pr Séni Ouédraogo.

Le ministre a indiqué qu’ils ont échangé sur des chantiers nouveaux, notamment les questions de travail et de protection sociale qui sont de nouvelles problématiques au niveau de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) et dans le cadre bilatéral. Avec son hôte, ils ont décidé de s’investir pour avancer les priorités dans ces domaines.

L’ambassadeur saoudien s’est également rendu au département des Infrastructures et du Désenclavement.

Les différents projets financés par le fonds saoudien pour le développement et la Banque islamique de développement (BID) ont été passés en revue par le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma et son hôte. « Nous allons continuer à soutenir le Burkina dans ce domaine », a souligné le diplomate saoudien.

A titre illustratif, les travaux de bitumage des routes Kantchari-Diapaga frontière du Bénin ; Guiba-Garango et Dédougou-Tougan sont financés par le Fonds saoudien de développement et la BID. « Le Fonds saoudien de développement et la BID accompagnent le secteur des infrastructures avec beaucoup de projets. Le prochain étant la route Tougan-Ouahigouya qui connaîtra bientôt un démarrage des travaux de bitumage. Je suis surtout heureux que son Excellence ait annoncé la volonté de son pays de renforcer la coopération avec le Burkina dans beaucoup de secteurs », s’est réjoui Eric Bougouma.

Pour le ministre en charge des infrastructures, l’Arabie saoudite joue un rôle prépondérant dans les institutions financières arabes et islamiques et le Burkina en est « grand bénéficiaire ».

Sidwaya

Tags:
Recommended posts