• Le manque d’accès équitable aux vaccins anti-COVID-19 est une tragédie de santé publique, selon Bill Gates
  • L’Afrique ne représente que 2% des doses de vaccins administrées à travers le monde, selon l’OMS
  • Les envois de fonds vers l’Afrique devraient baisser en 2021 en raison de l’épidémie de COVID-19
  • Guinée: le RPG d’Alpha Condé annonce qu’il participera aux concertations
  • Lutte contre la grippe aviaire: Plus 412 têtes de poussins saisies à Gaoua
  • Préliminaires aller Coupe CAF : un nul au goût d’inachevé pour l’ASFA-Y
  • Les prix du nickel et de l’aluminium s’envolent
  • Communiqué de presse de la réunion ordinaire du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO tenue le 8 septembre 2021
  • Burkina : L’UPR se fusionne au MPP pour lutter contre le terrorisme (Responsable)
  • 𝗣𝗿𝗼𝘁𝗲𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗲𝗿𝘀𝗼𝗻𝗻𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗽𝗹𝗮𝗰𝗲́𝗲𝘀 𝗶𝗻𝘁𝗲𝗿𝗻𝗲𝘀 : une mission de haut niveau du groupe des experts du HCR annoncée au Burkina à partir du 20 septembre
  • Affrontements meurtriers entre bergers et agriculteurs: 5 personnes écrouées, le procureur explique les faits
  • Commission nationale pour la Francophonie : un atelier pour doter le Secrétariat permanent de textes consensuels en phase avec ses missions
  • Burkina Faso: Attaque contre une escorte de la mine de Boungou, 4 gendarmes et 1 civil tués, de nombreux blessés signalés
  • Burkina Faso: dans la province de la Comoé, des villages se vident en raison de l’insécurité
  • Session ordinaire du MPP : Les préparatifs du congrès à l’ordre du jour
  • Fahad Aldosari, ambassadeur d’Arabie saoudite au Burkina : « Nous allons continuer à soutenir le Burkina »
  • Assemblée nationale du Niger : Bala Sakandé invité à l’ouverture de la prochaine session, le 27 septembre
  • George Weah explique les putschs par le tripatouillage constitutionnel
  • 13 Novembre : «Je ne cautionne pas votre justice», Salah Abdeslam provoque à nouveau la cour d’assises
  • Burkina-Togo : l’Accord-cadre de coopération transfrontalière vulgarisé auprès des acteurs frontaliers
  • Burkina : Les GAR-SI, des unités pour anticiper et déjouer les attaques terroristes (ministre)

    By in Actualités share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Les Groupes d’Action Rapide de Surveillance et d’Intervention du Sahel (GAR-SI) visent à anticiper et à déjouer les attaques terroristes contre le Burkina Faso, a affirmé jeudi, le ministre de la Sécurité Maxime Koné.

    «Aujourd’hui ces zones (Sud-ouest et Cascades) ont commencé à être le lit de l’insécurité et la projection des unités GAR-SI dans cet espace nous permettra d’anticiper et si nous anticipions, nous allons déjouer le coup qui est préparé contre la nation», a affirmé le ministre de la Sécurité Maxime Koné.

    M. Koné s’exprimait lors de la remise de matériel dans le cadre de la seconde phase du projet Groupes d’Action Rapide de Surveillance et d’Intervention (GAR-SI) du Sahel au Burkina Faso

    Il a ajouté que cette partie est un corridor important pour l’approvisionnement en produits venant des côtes.

    « Le projet GAR-SI suit son cheminement, la pertinence de cette option n’est plus à démontrer, les résultats sont probants. A partir de l’expérience réussie de Barani et de Toéni, nous avons eu la conviction sédimentée que nous devons poursuivre dans cette perspective pour que de manière substantielle la sécurité puisse être améliorée dans notre pays au profit des populations», a renchéri M. Koné.

    Il a souhaité que le matériel d’une valeur de 10,5 millions d’euro qui a été donné à la gendarmerie puisse être d’une utilité certaine pour défendre le Burkina Faso.

    Ce sont notamment des pick-up, des gilets par balles, des munitions, des treillis et chaussures.

    L’ambassadeur de l’Union Européenne, Wolfram Vetter a déclaré que le projet GARSI s’inscrit pleinement dans la logique d’engagement de son institution dans la politique de sécurité intérieure du Burkina Faso.

    Selon lui, il vise à accompagner les efforts des autorités dans le renforcement de maillage territorial de sécurité grâce à la création et au déploiement sur le terrain d’unités robustes, mobiles et polyvalentes de la gendarmerie nationale.

    «La sécurisation du territoire n’est pas seulement une question de renforcement de capacités d’intervention et de la réponse face à l’urgence sécuritaire. La fourniture effective des services sociaux de base est aussi une attente légitime des populations » explique-t-il

    Agence d’Information du Burkina

    Tags:
    Recommended posts