• Les ruines d’un « temple solaire » vieux de 4500 ans exhumées en Egypte ?
  • Ouahigouya : Deux présumés trafiquants de stupéfiants mis aux arrêts
  • Ecole Nationale des Sous -Officiers d’Active (ENSOA) du Burkina: 67 nouveaux sergents de la 13è promotion « Résilience » sortis en juillet 2022
  • Foot africain: cinq questions pour la saison 2022-2023
  • Football. CAN : « Ne me parlez plus des footballeurs africains », lâche le président de Naples
  • Lutte contre l’extrême pauvreté : le Burkina Faso à l’école de la Chine
  • 72 heures de l’élève diplomate : les enjeux sécuritaires au menu des échanges
  • Football: Bertrand Traoré évincé de l’équipe première d’Aston Villa, il s’entraine désormais avec les U23
  • Zones frontalières Côte d’Ivoire-Burkina Faso : Les populations font des propositions pour renforcer la cohésion et prévenir les conflits
  • Lutte contre le terrorisme : le COTN sollicite l’accompagnement de l’ALT
  • En Italie, un vendeur ambulant nigérian meurt après avoir été roué de coups en pleine rue
  • Au Soudan, le général « Hemetti » estime que le putsch a « échoué à apporter le changement »
  • Dans la Corne de l’Afrique, des enfants menacés par l’envolée du prix des barres nutritives contre la famine
  • Le Maroc prêt à accueillir un imam menacé d’expulsion par la France, selon Gérald Darmanin
  • En Somalie, un ancien responsable des Chabab nommé ministre des affaires religieuses
  • Au Burkina Faso, les habitants d’une ville sous blocus djihadiste menacés de famine
  • La République démocratique du Congo réclame l’expulsion du porte-parole de la mission de l’ONU
  • Lutte contre le terrorisme: des civils tués par mégarde par l’armée, une enquête ouverte
  • Burkina Faso: 6 soldats tués à une vingtaine de kilomètres de Sebba (Yagha)
  • Burkina Faso : « Il y a nécessité que les autorités s’approprient des principes élémentaires du dialogue social », Moussa Diallo
  • Pegasus : des opposants africains mis sous surveillance

    By in Actualités share share share share share share share share share share share share share share share share share share
    © Jack Guez/AFP/Getty Iamges Accusé, le Maroc se défend d’avoir utilisé Pegasus contre des voix critiques

    Le logiciel malveillant Pegasus aurait également été utilisé par au moins sept gouvernements africains. La RDC, le Maroc, le Togo et le Rwanda sont cités.

    Le logiciel aurait permis d’espionner les numéros d’au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d’entreprises de différents pays.

    Parmi les personnes citées, Carine Kanimba, la fille de Paul Rusesabagina (le héros du film Hotel Rwanda), actuellement devant la justice. La jeune femme pointe du doigt les autorités rwandaises.

    « Je suis choquée, effrayée un peu quand même parce que ça veut dire qu’ils ont accès à toutes mes informations, mais je ne suis pas découragée parce qu’on a réussi à exposer les tactiques de la dictature rwandaise », confie la jeune femme.

    « Le logiciel Pegasus coûte des millions au gouvernement rwandais et la décision de me mettre sur écoute, de me surveiller, alors qu’on sait qu’il y a beaucoup de gens au Rwanda qui meurent de faim, qui ont besoin de médicaments, qui ont besoin d’attention, qui ont besoin de cet argent pour survivre, le gouvernement rwandais lui, préfère me mettre sur écoute », poursuit Carine Kanimba.

    Lire aussi : Pegasus, un logiciel au service de la surveillance d’Etat

    Au Togo, le père Pierre Marie Chanel Affognon, très actif au sein de la société civile, aurait lui aussi été placé sur écoute.

    Comme Carine Kanimba, il déplore les sommes faramineuses utilisées à des fins d’espionnage par son pays. « Si des citoyens et des hommes religieux sont considérés comme un danger potentiel pour la nation, je crois quand même qu’il y a là quelque chose à corriger. Et puis, on ne peut pas minimiser le coût de ce logiciel ! Qu’est-ce que cela a coûté au contribuable togolais ? Une mesure de justice serait que ceux qui ont acheté ce logiciel puissent rembourser à l’État togolais la somme et que ce fonds soit investi dans le social”, souhaite l’homme d’Eglise.

    Le groupe NSO qui a élaboré le logiciel assure que son programme sert uniquement à obtenir des renseignements contre des réseaux criminels ou terroristes.

    Pour sa part, la Haut commissaire aux droits de l’homme de l’Onu a réclamé une meilleure « réglementation » du transfert des technologies de surveillance.

    Auteur: Wendy Bashi

    Tags:
    Recommended posts