• Le manque d’accès équitable aux vaccins anti-COVID-19 est une tragédie de santé publique, selon Bill Gates
  • L’Afrique ne représente que 2% des doses de vaccins administrées à travers le monde, selon l’OMS
  • Les envois de fonds vers l’Afrique devraient baisser en 2021 en raison de l’épidémie de COVID-19
  • Guinée: le RPG d’Alpha Condé annonce qu’il participera aux concertations
  • Lutte contre la grippe aviaire: Plus 412 têtes de poussins saisies à Gaoua
  • Préliminaires aller Coupe CAF : un nul au goût d’inachevé pour l’ASFA-Y
  • Les prix du nickel et de l’aluminium s’envolent
  • Communiqué de presse de la réunion ordinaire du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO tenue le 8 septembre 2021
  • Burkina : L’UPR se fusionne au MPP pour lutter contre le terrorisme (Responsable)
  • 𝗣𝗿𝗼𝘁𝗲𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗲𝗿𝘀𝗼𝗻𝗻𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗽𝗹𝗮𝗰𝗲́𝗲𝘀 𝗶𝗻𝘁𝗲𝗿𝗻𝗲𝘀 : une mission de haut niveau du groupe des experts du HCR annoncée au Burkina à partir du 20 septembre
  • Affrontements meurtriers entre bergers et agriculteurs: 5 personnes écrouées, le procureur explique les faits
  • Commission nationale pour la Francophonie : un atelier pour doter le Secrétariat permanent de textes consensuels en phase avec ses missions
  • Burkina Faso: Attaque contre une escorte de la mine de Boungou, 4 gendarmes et 1 civil tués, de nombreux blessés signalés
  • Burkina Faso: dans la province de la Comoé, des villages se vident en raison de l’insécurité
  • Session ordinaire du MPP : Les préparatifs du congrès à l’ordre du jour
  • Fahad Aldosari, ambassadeur d’Arabie saoudite au Burkina : « Nous allons continuer à soutenir le Burkina »
  • Assemblée nationale du Niger : Bala Sakandé invité à l’ouverture de la prochaine session, le 27 septembre
  • George Weah explique les putschs par le tripatouillage constitutionnel
  • 13 Novembre : «Je ne cautionne pas votre justice», Salah Abdeslam provoque à nouveau la cour d’assises
  • Burkina-Togo : l’Accord-cadre de coopération transfrontalière vulgarisé auprès des acteurs frontaliers
  • La Côte d`Ivoire, le Togo et le Burkina Faso parmi les exemples en matière de transparence budgétaire (rapport)

    By in Economie share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Dans le cadre de l’édition 2021 de son rapport sur la transparence budgétaire, le département d’Etat des USA a pris en compte 141 pays à travers le monde. 16 Etats africains, dont sept de la CEDEAO satisfont aux exigences minimales de transparence fiscale telles que définies par Washington.

    La Côte d’Ivoire, le Togo et le Burkina Faso font partie des pays respectant les exigences minimales en matière de transparence budgétaire. C’est ce qu’a indiqué le département d’Etat des Etats-Unis dans son rapport 2021 sur la transparence budgétaire.

    Ces trois pays sont les seuls de l’UEMOA à faire partie de la première catégorie de classification, comprenant les pays qui publient régulièrement des budgets et documents financiers fiables et accessibles. Au total, 16 pays africains sont compris dans ce groupe dont sept font partie de la CEDEAO. En plus des pays déjà cités, on retrouve l’Afrique du Sud, le Botswana, le Cap-Vert, la Gambie, le Ghana, le Kenya, Maurice, le Maroc, la Namibie, le Nigeria, les Seychelles, la Tunisie et l’Ouganda

    Cette classification vient rappeler les efforts réalisés par les Etats africains pour améliorer leurs transparences fiscales dans un processus d’assainissement de leurs dépenses publiques et de lutte contre la corruption. A cet effet, deux pays, le Nigeria et la Gambie, ont réalisé des progrès importants en rejoignant cette année, la catégorie des pays satisfaisant aux exigences minimales de transparence budgétaire.

    En dehors de cette catégorie, deux autres ont été établies par Washington DC, à savoir : le groupe des pays qui ont fait des progrès significatifs et celui de ceux qui n’ont pas réalisé de progrès considérables en matière de transparence fiscale. 12 pays africains, dont deux de l’UEMOA (Bénin, Guinée) font partie du deuxième groupe et 25 pays font partie du troisième groupe.

    Rappelons que même s’il permet de classer les niveaux de transparence budgétaire en fonction de l’accessibilité et de la fiabilité des documents fiscaux publics, ce rapport annuel qui prend en compte 141 pays n’évalue pas la corruption.

    D’après le département d’Etat des USA, « la constatation qu’un gouvernement « ne satisfait pas aux exigences minimales de transparence fiscale » ne signifie pas nécessairement qu’il existe une corruption importante au sein du gouvernement ». Et d’ajouter : « de même, le fait de constater qu’un gouvernement « satisfait aux exigences minimales en matière de transparence fiscale » ne reflète pas nécessairement un faible niveau de corruption ».

    Moutiou Adjibi Nourou
    Agence Ecofin

    Tags:
    Recommended posts