• Le manque d’accès équitable aux vaccins anti-COVID-19 est une tragédie de santé publique, selon Bill Gates
  • L’Afrique ne représente que 2% des doses de vaccins administrées à travers le monde, selon l’OMS
  • Les envois de fonds vers l’Afrique devraient baisser en 2021 en raison de l’épidémie de COVID-19
  • Guinée: le RPG d’Alpha Condé annonce qu’il participera aux concertations
  • Lutte contre la grippe aviaire: Plus 412 têtes de poussins saisies à Gaoua
  • Préliminaires aller Coupe CAF : un nul au goût d’inachevé pour l’ASFA-Y
  • Les prix du nickel et de l’aluminium s’envolent
  • Communiqué de presse de la réunion ordinaire du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO tenue le 8 septembre 2021
  • Burkina : L’UPR se fusionne au MPP pour lutter contre le terrorisme (Responsable)
  • 𝗣𝗿𝗼𝘁𝗲𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗲𝗿𝘀𝗼𝗻𝗻𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗽𝗹𝗮𝗰𝗲́𝗲𝘀 𝗶𝗻𝘁𝗲𝗿𝗻𝗲𝘀 : une mission de haut niveau du groupe des experts du HCR annoncée au Burkina à partir du 20 septembre
  • Affrontements meurtriers entre bergers et agriculteurs: 5 personnes écrouées, le procureur explique les faits
  • Commission nationale pour la Francophonie : un atelier pour doter le Secrétariat permanent de textes consensuels en phase avec ses missions
  • Burkina Faso: Attaque contre une escorte de la mine de Boungou, 4 gendarmes et 1 civil tués, de nombreux blessés signalés
  • Burkina Faso: dans la province de la Comoé, des villages se vident en raison de l’insécurité
  • Session ordinaire du MPP : Les préparatifs du congrès à l’ordre du jour
  • Fahad Aldosari, ambassadeur d’Arabie saoudite au Burkina : « Nous allons continuer à soutenir le Burkina »
  • Assemblée nationale du Niger : Bala Sakandé invité à l’ouverture de la prochaine session, le 27 septembre
  • George Weah explique les putschs par le tripatouillage constitutionnel
  • 13 Novembre : «Je ne cautionne pas votre justice», Salah Abdeslam provoque à nouveau la cour d’assises
  • Burkina-Togo : l’Accord-cadre de coopération transfrontalière vulgarisé auprès des acteurs frontaliers
  • UEMOA : La production vivrière estimée à 70 millions de tonnes pour la campagne 2020/2021

    By in Agriculture share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    La production vivrière de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) est  estimée à 69,675 millions de tonnes pour la campagne 2020/2021, selon le rapport annuel 2020 de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) basée à Dakar.

    Par rapport à la campagne 2019/2020, cette production vivrière a enregistré une hausse de 5,1%. Selon l’Institut d’émission, cette évolution est  principalement portée par les tubercules (+3,9%) et les céréales (+3,8%). Les productions des autres cultures (légumineuses, plantes horticoles, fruits, etc.) ont progressé de 10,0%.

    Il faut dire que la campagne agricole 2020/2021 a béné­ficié, au plan climatique, de conditions plu­viométriques globalement favorables. Selon le centre régional AGRHYMET (qui a entre autres objectifs la contribution à la sécurité alimentaire et l’augmentation de la production agricole dans les pays du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel), les quantités d’eau enregistrées ont été supérieures aux moyennes observées sur la période 1981- 2010.

    Les récoltes de cultures vivrières obtenues au cours de l’année 2020 sont en hausse de 14,8% comparées à la production moyenne réalisée lors des cinq précédentes années.

    « A l’exception du cacao, du café et du coton graine, la production des principales cultures d’exportation est également en hausse, com­parativement à la précédente campagne », souligne la BCEAO.

    Après trois années de récoltes exceptionnelles, la production de cacao a en effet connu une baisse de 8,2%, durant la campagne 2020/2021, ressortant à 2.065.690 tonnes au sein de l’UEMOA. « Cette évolution est imputable à la volonté des Autorités ivoiriennes de maintenir la production autour de 2 millions de tonnes, afin de limiter l’offre sur le marché international et éviter un effondrement des cours mondiaux », explique la BCEAO.

    La production de café est ainsi ressortie à 103.884 tonnes, en baisse de 10,0% par rapport à la cam­pagne précédente. Cette situation est consécu­tive au vieillissement du verger en Côte d’Ivoire.

    Tags:
    Recommended posts