• Burkina : Les actions du CN-CMAPR présentées aux membres du gouvernement
  • Vidéos incitant à la haine contre des Burkinabè : des organisation de la société civiles interpellent l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire
  • Meeting de Marseille : la Burkinabè Marthe Koala se pare d’or
  • La France n’a pas l’intention d’installer une base militaire au Burkina Faso (Le Drian)
  • Mali : Décryptage : Le civil et le militaire
  • La Chine espère signer de nouveaux documents de coopération dans le cadre de l’ICR avec le Burkina Faso, selon le ministre chinois des Affaires étrangères
  • Koulpelogo: un homme abattu à Comin-Yanga
  • La recherche et le sauvetage maritime, deux priorités au cœur d’un séminaire de l’institut de sécurité maritime inter-régionale de la mer
  • Dembélé, le Barça craque et menace
  • Messi, ça devient inquiétant
  • Macron giflé: qui est Damien Tarel, l’homme interpellé?
  • Macron giflé dans la Drôme : ce que l’on sait des deux personnes interpellées
  • Le chef d’état-major général des Armées ivoirien annonce le recrutement de 3.000 jeunes
  • PSG: Mbappé a dû expliquer à Neymar « la mentalité française »
  • Awards de la presse numérique : le groupe Weblogy trois fois leader!
  • Réconciliation nationale au Burkina Faso: Zéphirin Diabré déroule son plan d’action
  • Athlétisme : la médaille d’or pour Hugues Fabrice Zango au meeting de Montreuil
  • Burkina Faso: Sauve qui peut des populations de plusieurs villages de la Tapoa suite aux menaces des terroristes
  • UEMOA : La production vivrière estimée à 70 millions de tonnes pour la campagne 2020/2021
  • Burkina Faso : Le groupe parlementaire CDP demande au gouvernement de trouver des solutions face à la crise scolaire
  • Mali: Projet de découpage territorial : Une œuvre qui menace la cohésion et l’unité nationales!

    By in Afrique share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Le  projet de découpage territorial élaboré  par le gouvernement malien en 2012, mais dont la mise en œuvre est en cours  par la Transition, est devenu source  de division  des maliens. Il est en train de susciter, dans plusieurs localités du Mali,  des contestations. Plus que jamais les maliens n’ont eu dans leur vivre ensemble le sentiment de se replier sur soi.

    Désormais, les  manifestations populaires sont à la mode dans notre pays pour  réclamer le statut de Chef-lieu de région ou de cercle. Il ne passe plus de jour sans que des  populations soient mobilisées dans  leur localité. C’est le cas à : Markala, Mondoro, Dinangourou, Koro, Hombori, Kati, Ouelessébougou, San, Bla, Yélimané, Sitakili, Sandaré,… Ce repli sur soi est renforcé par  une propension au  communautarisme au sein de  l’Etat malien déjà miné par la crise sécuritaire endémique dans l’ensemble du territoire national. Il faut donc que les autorités maliennes passent en revue leur projet de découpage  afin de  stopper cet élan communautaire dont le pays n’a nullement besoin. Car visiblement, ce  projet de découpage  est en train de menacer  la cohésion et l’unité nationale

    Si des  concertations ont lieu  ces  derniers moments dans diverses régions sur la thématique de ce  nouveau projet de découpage territorial, force est de reconnaitre que de plus en plus de populations ont exprimé leurs réserves sur les propositions formulées par le gouvernement. Les Chefs de l’exécutif régionaux  n’ont pu  convaincre les populations concernées sur la réorganisation territoriale en chantier.

    Par exemple, dans la région de Mopti, les communautés habitant l’arrondissement de Mondoro protestent vivement contre leur rattachement au futur cercle de Hombori. Elles estiment qu’en termes de superficie et de population, de situation géographique et sur divers plans, c’est Mondoro qui a toujours été annoncé comme devant être érigé en cercle. Idem pour d’autres localités qui sont en train de  s’insurger  contre le projet gouvernemental de découpage du territoire.

    S’y ajoutent à  ces contestations,  des menaces d’affrontements entre des communautés. Dont certaines sont accusées d’être favorisées par les autorités. Quand  d’autres acteurs locaux sont accusés d’user de  leurs influences et lobbying, en tant qu’élus et cadres Hauts placés dans la hiérarchie administrative,  pour s’opposer au projet du gouvernement.

    Ainsi les populations du cercle de Koro rejettent  leur statut de cercle pour aspirer devenir « une région pleine et entière ». Elles vont jusqu’à menacer les autorités d’insurrection pour se faire entendre. Or, nul n’ignore que dans plusieurs communes du cercle de Koro, la menace terroriste et jihadiste a pris de l’ampleur avec une dangereuse circulation des armes et un enrôlement massif des jeunes dans les rangs des extrémistes. N’est-ce pas inopportun, la mise en œuvre de ce projet de découpage électoral, tant notre pays traverse sa plus grande phase de turbulence ?  Les élections générales seront-elles possibles dans ces conditions ?

    Quoi qu’il advienne, il n’y a aucun doute que ce projet de découpage territorial constitue une  grande menace pour  la cohésion et l’unité nationale ! Elle divise plus qu’elle intègre les maliens à une unique  communauté  de destin !

    Falaye Keïta

    Source : Le Pélican

    Tags:
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/eecsahos/tankonnon.info/wp-content/themes/ClickNewspaper/single.php on line 71
    Recommended posts