• Processus de réconciliation nationale : Le HCRUN sollicite l’accompagnement des responsables religieux
  • Promotion de la cohésion sociale au Burkina Faso : L’association Naaba abga apporte sa touche
  • Développement personnel : Des jeunes leaders engagés à impacter leur génération
  • Burkina Faso : la Direction Générale rassure la clientèle suite à la fermeture momentanée de Banque Atlantique
  • Mali : La junte propose un président militaire pour deux ans
  • Mesures contre la COVID-19 : la réouverture des frontières terrestres à l’étude
  • Elections couplées du 22 novembre 2020 : une cellule de veille patriotique voit le jour
  • RDC : le Dr Denis Mukwege placé sous protection des Nations unies
  • Tentative Jahboy: Un acteur culturel ivoirien des plus prometteurs…
  • Liberia: Le président Weah appelle à durcir les lois face à une «épidémie» de viols
  • Soudan : les crues du Nil tuent une centaine de personnes
  • Décès de George Bizos, l’avocat et grand ami de Mandela
  • Guinée : Le front contre un troisième mandat d’Alpha Condé se fissure
  • Niger : Inondations exceptionnelles causées par des pluies torrentielles
  • Ethiopie : Tenue d’un scrutin au Tigré contre l’avis du gouvernement
  • GreenYellow étend sa présence en Afrique avec deux centrales au Burkina Faso et en Tunisie
  • Le Burkina prévoit cinq milliards de FCFA pour faire face aux inondations
  • Compte-rendu Conseil des ministres
  • Présidentielle: les médias numériques ivoiriens invités à ne pas se faire manipuler par les politiques
  • Côte d’Ivoire : l’improbable retour de l’ex-président Gbagbo
  • Ethiopie : Tenue d’un scrutin au Tigré contre l’avis du gouvernement

    By in Afrique share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    En Ethiopie, une foule d’électeurs se pressait devant les bureaux de vote ce mercredi matin dans la région du Tigré.

    Dès l’aube, jeunes et moins jeunes se sont déplacés pour élire 152 députés au Parlement régional. 38 sièges supplémentaires seront par la suite départagés entre cinq partis politiques. La tenue de ces élections est toutefois contestée par le gouvernement fédéral.

    « Le Tigré organise des élections libres et équitables. J’espère que le gouvernement fédéral en tirera des leçons et organisera lui aussi des élections. J’espère que nous pourrons enfin travailler ensemble pour le pays », déclare Hailu Kiros, vétéran du Front de Libération du Peuple du Tigré.

    Pour Letebirhane Berhe, ces élections sont tout à fait légitimes, malgré ce que dit le gouvernement fédéral. « Comment pouvons-nous continuer sans élire un gouvernement ? Devrions-nous laisser le Parlement ouvert ? Nous devons voter. Le gouvernement fédéral dit que cette élection est illégitime à cause du coronavirus. Mais si, elle est légitime ».

    Scrutin contesté

    Ce scrutin est le dernier défi en date pour le gouvernement d’Abiy Ahmed qui fait face à de profondes divisions politiques et ethniques. L’Éthiopie devait tenir des élections nationales en août. Mais en mars, la Commission électorale les a repoussées en raison de la situation sanitaire. L’extension votée par le Parlement fédéral du mandat des députés, qui devait expirer en octobre, a été rejetée par les leaders tigréens. Ceux-ci ont décidé de tenir unilatéralement des élections.

    Le grand favori est le Front de Libération du Peuple du Tigré (TPLF), qui a mené la lutte armée contre le régime communiste du Derg jusqu’à la chute de ce dernier en 1991 et qui dirigeât ensuite la coalition au pouvoir. Mis sur la touche par le gouvernement d’Abiy Ahmed, le TPLF reste aux commandes dans son fief du Tigré, qui représente 6% de la population éthiopienne (110 millions d’habitants).

    Le TPLF fait face à quatre autres partis, dont un – le Parti pour l’indépendance du Tigré – défend une sécession de la région afin de former son propre État. Des hommes politiques appartenant à l’opposition ont déploré ne pas avoir eu un bon accès aux médias régionaux durant la campagne électorale. Certains hommes politiques de l’opposition ont également été brièvement détenus par les forces de l’ordre ces derniers jours et incités à se retirer, a déclaré Hayalu Godefay, président du Salsay Woyane Tigray, un parti d’opposition.

    Des résultats préliminaires pourraient être connus dès jeudi soir.

    Tags:
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/eecsahos/tankonnon.info/wp-content/themes/ClickNewspaper/single.php on line 71
    Recommended posts