• Education des enfants: Education Cannot Wait s’engage aux côtés du Burkina Faso
  • Burkina : le Pr Charlemagne Ouédraogo installé au ministère de la santé
  • Réconciliation nationale : « Il ne s’agira pas d’arrangement entre hommes politiques », Zéphirin Diabré
  • Ministère de l’administration territoriale : Clément Sawadogo désormais maître des lieux
  • Burkina Faso: Le nouveau ministre porte parole du gouvernement a pris fonction
  • WhatsApp rassure ses utilisateurs en Afrique francophone en réaffirmant sa politique de confidentialité
  • Burkina Faso : Zéphirin Diabré demande le soutien du peuple pour réussir la réconciliation
  • Utilisation des fréquences aux frontières terrestres de la Côte d’Ivoire au centre d’une rencontre d’experts à Abidjan
  • Côte d’Ivoire : Alphonse Soro de retour au pays, après plusieurs mois d’exil
  • De nouveaux timbres municipaux « plus sécurisés » en circulation à partir de février
  • Nouveaux timbres sécurisés, recours au digital : Les collectivités contournent la fraude fiscale
  • Télécommunications: l’annulation des bonus excédant 100% vise à la protection des consommateurs et l’assainissement de la concurrence entre les opérateurs, selon l’ARTCI
  • Mali : ‘’Sans Détour’’ / Bounty (Douentza) : Vraiment des civils ?
  • Coupe du Roi : Mohammed VI gâte le Raja de Casablanca
  • Violences au Capitole : Mike Pence refuse de déclarer Trump «inapte» au pouvoir
  • Les écoles devraient rester ouvertes malgré le COVID-19, selon la directrice de l’UNICEF
  • Ebola: vers la création d’une réserve mondiale de vaccin
  • Burkina Faso : le Premier ministre déclare avoir formé un « gouvernement d’ouverture » pour la mise en place de grandes réformes
  • Akinwumi Adesina, nommé « champion » de l’Initiative africaine d’adaptation au changement climatique, la « Grande muraille verte »
  • Des idées qui vont changer l’Afrique : monnaie digitale, droits de tirage, finance-climat…
  • Sommet extraordinaire de la conférence des chefs d’États membres de la CEDEAO: Discours d’ouverture de SEM Issoufou Mahamadou, Président en Exercice

    By in Actualités share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
    Monsieur Goodluck Jonathan, ancien Président e la république Fédérale du Nigéria,
    Mesdames et Messieurs les Ministres,
    Monsieur le Président de la Commission de la CEDEAO,
    Mesdames, Messieurs,

    Permettez-moi de présenter mes sincères condoléances à notre frère et ami, Alassane Dramane Ouattara, suite au décès le 8 juillet 2020, de son Premier Ministre, Monsieur Amadou Gon Coulibaly. L’ensemble de notre organisation commune est solidaire avec lui dans cette lourde épreuve. A la mémoire de l’illustre disparu, je vous demande d’observer une minute de silence.

    Mesdames et Messieurs,
    Je tiens à vous exprimer mes remerciements pour votre participation à la présente session extraordinaire de notre Sommet, que la pandémie de la COVID-19 nous oblige à tenir en visioconférence. Un seul point est inscrit à l’ordre du jour de cette visioconférence : la situation au Mali qui connaît une quadruple crise, sécuritaire, sanitaire, économique et politique.

    Permettez-moi de rappeler que la crise politique, dans ce pays frère, a été déclenchée par l’arrêt de la Cour Constitutionnelle sur les élections législatives des mois de mars et avril 2020. C’est en effet sur cette base qu’est né un mouvement de contestation qui exige, entre autres, la démission du Président de la République, ce qui est contraire aux dispositions du Protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, dispositions qui constituent des principes constitutionnels communs à tous les Etats membres. Il est bon d’insister ici sur le caractère supranational de ce protocole qui s’impose à tous les Gouvernements et Institutions des pays de notre espace. C’est le cadre légal qui justifie les missions dépêchées par la CEDEAO à Bamako, dont la dernière, avant celle des Chefs d’Etat, a été conduite par l’ancien Président du Nigéria, Son Excellence Monsieur Goodluck Jonathan, désigné comme médiateur et que je salue et félicite, pour l’excellent travail accompli. J’associe à ces félicitations le Président de la Commission de la CEDEAO ainsi que les Ministres des Affaires Etrangères du Nigéria, de la Côte d’Ivoire et du Niger. Le résultat de leur travail a été d’un apport inestimable dans la préparation et le déroulement de la Mission des Chefs d’Etat que j’ai conduite à Bamako le 23 juillet dernier. Je salue et remercie les Présidents Alassane Dramane Ouattara, Muhammadu Buhari, Nana Akuffo-Ado et Macky Sall, pour avoir consacré une partie de leur temps précieux à cette mission.

    Je tiens également à réitérer mes remerciements au Président Ibrahim Boubacar Keita, au peuple malien, à la classe politique et à la société civile maliennes pour leur disponibilité et pour la chaleureuse hospitalité dont a bénéficié notre délégation. Les échanges francs que nous avons eus avec tous les interlocuteurs nous ont permis de mieux comprendre la situation qui prévaut dans ce pays frère.

    Mesdames, Messieurs,
    Notre rencontre d’aujourd’hui a pour but de vous rendre compte de notre mission. Après analyse de la situation, il revient à notre Sommet d’adopter une Déclaration forte qui préconisera, sur la base des principes qui régissent notre organisation en matière de prévention, de gestion et de règlement de conflits, des solutions fortes pour une sortie de crise rapide au Mali.

    Le temps presse et les risques sont grands. N’oublions pas de tirer leçons du passé. N’oublions pas que l’effondrement des institutions maliennes en 2012 a failli ouvrir la voie au contrôle du pays par des organisations terroristes et criminelles. N’oublions pas que le Mali, comme les autres pays du Sahel et du Bassin du Lac Tchad, est en guerre, guerre qui est une des conséquences de la crise de 2012, prouvant ainsi que l’effondrement d’un Etat dans un pays, n’en fait pas payer les frais seulement à ce pays mais à tous ses voisins et même au-delà. Cette vérité est bien illustrée par la crise libyenne suivie de la crise malienne qui, toutes les deux, ont permis au terrorisme de prendre pied dans le Sahel.

    Le terrorisme et la pauvreté, voilà l’ennemi principal du peuple malien. Créons donc les conditions pour que les Maliens concentrent leurs efforts dans la lutte pour sortir le pays des crises sécuritaire, sanitaire et économique.

    Mesdames et Messieurs,
    La situation que connaît le Mali nous interpelle. Nous devons donc sortir de ce Sommet Extraordinaire avec des solutions durables et des décisions fortes, à même de garantir la stabilité du Mali et donc de la région. La situation nous interpelle tous, mais elle interpelle au premier chef tous les maliens. Cette situation exige d’eux un sursaut national. Elle exige l’union sacrée de tous les maliens. Nous avons le devoir d’en créer les conditions !

    Le Mali a aujourd’hui besoin d’une Assemblée Nationale conforme aux résultats des élections législatives, d’un Gouvernement d’union nationale, d’une nouvelle Cour Constitutionnelle, d’une enquête sur les évènements des 10, 11 et 12 juillet 2020, ainsi que de la mise en œuvre rapide des conclusions du dialogue national. Le peuple malien a aussi une autre attente très forte : la libération de l’honorable Soumaila Cissé, enlevé au mois de mars dernier par des organisations terroristes. Il s’agit là d’autant de points qui feront l’objet des délibérations du présent Sommet Extraordinaire dont je déclare ouverts les travaux.

    Je vous remercie

    Tags:
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/eecsahos/tankonnon.info/wp-content/themes/ClickNewspaper/single.php on line 71
    Recommended posts