• Décédé le 08 juillet : le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly inhumé le vendredi 17 juillet à Korhogo
  • Sommet extraordinaire de la conférence des chefs d’États membres de la CEDEAO: Discours d’ouverture de SEM Issoufou Mahamadou, Président en Exercice
  • Burkina/Éducation: Le ministère lance une initiative pour l’amélioration des résultats scolaires
  • Soudan : au moins 20 paysans tués par des hommes armés au Darfour (tribu)
  • Mort d’un Algérien en Belgique : Alger demande des explications à Bruxelles
  • Litige frontalier RDC – Zambie : la SADC donne raison à Kinshasa
  • Tchad : des officiers condamnés à de la prison ferme pour trafic de drogue
  • Présidentielle en Centrafrique : candidature attendue de l’ex-président Bozizé
  • Coronavirus en Afrique : état des lieux
  • Coronavirus : l’un des plus grands salons de l’artisanat africain annulé
  • Côte d’Ivoire : le Vice-Président Kablan Duncan a démissionné (Communiqué)
  • Burkina Faso : Le projet de loi sur la révision du Code électoral retiré à la dernière minute ce lundi
  • Entrée en sixième 2020-2021 : L’opération d’affectation en ligne débute le 24 juillet 2020
  • Début des obsèques du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly à Abidjan
  • Interview/ Seth Koko, candidat déclaré à la présidentielle de 2020 : « Pourquoi nous allons déjouer tous les pronostics en notre faveur »
  • USA : Donald Trump en public avec un masque
  • BEPC session 2020: les épreuves écrites ont débuté ce lundi
  • Mali : l’imam Dicko, leader écouté de la contestation, appelle au calme
  • Une « guerre » pour le contrôle d’une église fait cinq morts en Afrique du Sud
  • Sécession du Katanga : il y a 60 ans, le Congo sombrait dans le chaos
  • Sécession du Katanga : il y a 60 ans, le Congo sombrait dans le chaos

    By in Afrique share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Il y a 60 ans, le Congo tout juste indépendant sombrait dans le chaos sur fond de guerre froide avec la sécession de la riche région minière du Katanga, aujourd’hui accaparée par la Chine.

    Le 11 juillet 1960, le leader séparatiste Moïse Tshombe proclame l’indépendance depuis Elisabethville (actuelle Lubumbashi). Il a l’appui de conseillers belges et de mercenaires étrangers dont le Français Bob Denard.

    Son gouvernement est financé par l’Union minière du Haut-Katanga, une entreprise belge qui redoutait l’indépendance du Congo proclamée le 30 juin.

    En janvier 1961 près d’Elisabethville, des responsables katangais et leurs conseillers belges participent à l’assassinat de l’ex-Premier minitre Patrice Lumumba, jugé trop progressiste et trop proche de l’Union soviétique.

    Les grandes puissances suivent de près la sécession du Katanga, dont l’uranium a été utilisé pour fabriquer les bombes atomiques larguées sur Nagasaki et Hiroshima en 1945, selon des spécialistes belges.

    La guerre civile prend une dimension internationale, avec l’intervention des Casques bleus contre les Katangais.

    Les médias du monde entier se tournent vers le Katanga à la mort du secrétaire général de l’ONU, Dag Hammarskjöld, dans un accident d’avion le 18 septembre 1961 à l’approche de Ndola en Rhodésie du Nord voisine (actuelle Zambie). Le diplomate suédois venait y rencontrer Moïse Tshombe.

    La thèse du simple accident n’a été écartée que très récemment, au profit d’une possible “attaque ou menace extérieure” à l’origine du crash, selon un rapport au secrétaire général des Nations unies en 2017.

    Qui a tué M. Hammarskjöld? Des mercenaires étrangers pro-katangais, adversaires des Nations unies, selon une enquête parue en 2019 en France (“Ils ont tué monsieur H – Le complot des mercenaires français contre l’ONU”, par Maurin Picard).

    Moïse Tshombe en exil

    Tout aussi tragique fut le destin de Moïse Tshombe, qui s’exile en Espagne quand les Nations unies mettent fin à la sécession du Katanga en janvier 1963.

    De retour au Congo, Moïse Tshombe connaît un bref retour en grâce au poste de Premier ministre.

    Il est destitué peu avant le coup d’Etat du 24 novembre 1965 perpétré par le futur maréchal Mobutu (1965-1997). Le Katangais repart en exil dans l’Espagne de Franco, où il est condamné à mort par contumace par Mobutu pour activités subversives.

    En 1967, il tombe dans un piège tendu par un repris de justice français, sans doute à la solde des services de Mobutu. Son avion est détourné au-dessus des Baléares vers l’Algérie, où il mourra en 1969.

    Troublant la “pax Mobutu”, le Katanga refait parler la poudre en 1978, quand des rebelles séparatistes s’emparent de la cité minière de Kolwezi où ils tuent Congolais et Occidentaux.

    “Ils s’en prenaient surtout aux Français, qu’ils accusaient d’être des mercenaires”, se souvient un Belge, Willem Boulanger.

    Mobutu mobilise ses soutiens étrangers et la France envoie ses parachutistes de la Légion étrangère pour mater la rébellion.
    La bataille de Kolwezi

    Entrée dans la légende de l’armée française, la bataille de Kolwezi a fait plus de mille morts, dont 120 à 170 civils européens, cinq légionnaires et un parachutiste belge, ainsi qu’environ 250 rebelles.

    Les derniers nostalgiques de Tshombe reprennent de loin en loin les armes. En mars 2013, près de 250 combattants du mouvement “Kata Katanga” (détacher le Katanga) ont défié les forces de sécurité à Lubumbashi (une trentaine de morts), avant de se rendre…aux Nations unies.

    Grand comme l’Espagne, le Katanga a été démembré en quatre provinces en 2015.

    Dans les années 2000, la Chine a négocié avec la RDC un accès préférentiel à ses ressources minières, en l‘échange d’infrastructures. Les 90% du cobalt et du cuivre katangais sont exportés vers la Chine.

    Les entreprises chinoises ont la mainmise sur les sous-sols de la région. En 2017, l’une d’entre elle, China Molybdenum, a investi 2,6 milliards de dollars dans le gisement à ciel ouvert de Tenke et Fungurume (TFM, cuivre et cobalt) entre Lubumbashi et Kolwezi.

    Mais à l’image du reste du pays, la plus grande partie de la population katangaise vit dans la misère.

    Les autorités du Katanga n’ont prévu aucune commémoration ce samedi. Elles ont annoncé un confinement de Lubumbashi, non par peur d’un retour des séparatistes, mais pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

    AFP

    Tags:
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/eecsahos/tankonnon.info/wp-content/themes/ClickNewspaper/single.php on line 71
    Recommended posts