• Le président du Faso lance un appel au don de sang
  • Championnat des voix lourdes 2020: La phase active des sélections en téléchargement
  • RDC : Un héritage trop lourd à porter, les Léopards passés au peigne fin
  • Libye : des milices fidèles au Gouvernement d’union nationale défilent à tripoli
  • Mali : au moins un mort lors d’une nouvelle manifestation, le président IBK invite au dialogue
  • Ghana : une école pour les enfants handicapés
  • Tunisie : manifestation devant un site pétrolier
  • Mali : prise d’assaut de la télévision nationale et du Parlement par les manifestants
  • Après Pjanic, le Barça négocie un nouveau deal avec un joueur de la Juventus
  • Habib Beye dévoile son meilleur souvenir en carrière
  • Sadio Mané, Éric Bailly, Messi, voici le top 16 des records de l’histoire du football
  • Affaire recrutement CNSS : Rendez-vous le 21 juillet pour les plaidoiries
  • Lutte contre la COVID-19 : Bank of Africa fait don de vivres au ministère en charge de la femme.
  • Grève syndicale des 08 et 09 juillet 2020 : Un bilan satisfaisant pour la coalition de Bobo-Dioulasso
  • Burkina: 73,5 milliard de FCFA destinés à 300 milles personnes pour mécaniser l’agriculture
  • Dialogue politique: le comité de suivi tranche pour le respect du calendrier électoral
  • Burkina Faso: Le procès des activistes dont Rahouf Bahiré renvoyé au 14 juillet 2020
  • Mali : escalade à Bamako, au moins un mort au cours de la manifestation contre le président Keïta
  • Burkina: les partis politiques s’opposent au report des législatives proposé par des députés
  • Présidentielle 2020 au Burkina Faso: Blaise Compaoré valide la candidature de Eddie Komboïgo ( Officiel)
  • Lutte contre la COVD -19 au Burkina Faso: L’USAID fait don de tablettes
  • Niger : un ex-chef de la junte candidat à la présidentielle

    By in Afrique share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Le général Salou Djibo, ex-chef de la junte militaire au pouvoir de février 2010 à avril 2011, a été investi dimanche candidat du parti Paix-Justice-Progrès (PJP) à la présidentielle de 2020.

    “C’est avec humilité (…) que j’ai accepté de porter les couleurs de notre parti en tant que candidat à l‘élection présidentielle”, a déclaré le général Salou Djibo, lors d’une cérémonie d’investiture devant quelque 5.000 personnes au Palais des Sports de Niamey.

    Salou Djibo, 55 ans, a dirigé la junte militaire qui a renversé le 18 février 2010 le président Mahamadou Tandja. Celui-ci avait modifié la Constitution afin de rester au pouvoir au delà de ses deux mandats légaux.

    "C'est avec humilité (...) que j'ai accepté de porter les couleurs de notre parti en tant que candidat à l'élection présidentielle"

    Le général Djibo s‘était retiré de la scène politique après avoir passé le témoin à l’actuel président Mahamadou Issoufou élu en 2011, réélu en 2016, qui ne peut plus se présenter.

    Le général Djibo a pris sa retraite de l’armée en 2019.

    Le premier tour de la présidentielle au Niger, couplé aux législatives, est fixé au 27 décembre 2020. Des élections municipales et régionales doivent se tenir le 1er novembre, selon le programme de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

    Le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme du président Issoufou a investi en mars le ministre de l’Intérieur, Mohamed Bazoum, 59 ans, homme clé du régime.

    L’opposant Hama Amadou, qui a récemment bénéficié de la grâce présidentielle alors qu’il purgeait une peine de 12 mois de prison pour un trafic de bébé, a été désigné candidat à la présidentielle par le Mouvement démocratique nigérien (Moden). Toutefois cette condamnation, qu’il qualifie de politique, pourrait invalider sa candidature.

    Deux autres poids lourds, Seïni Oumarou, le dirigeant du Mouvement national pour la société de développement (MNSD, 3e en 2016) et Mahamane Ousmane, ex-président de 1993 à 1996 (4e en 2016), sont aussi dans la course pour 2020.

    L’ex-chef de la diplomatie, Ibrahim Yacouba (5e en 2016) est également en lice.

    Depuis 2017, l’opposition refuse de siéger à la Céni et conteste le nouveau code électoral élaboré sur une base “non consensuelle, sans sa participation”, qui a été adopté en juin 2019 par le Parlement.

    Un “dialogue” annoncé fin octobre par le pouvoir et l’opposition en vue “d’apaiser” le climat politique tendu à un an de la présidentielle, n’a toujours pas commencé.

    AFP

    Tags:
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/eecsahos/tankonnon.info/wp-content/themes/ClickNewspaper/single.php on line 71
    Recommended posts